Uppercut

Uppercut ou 27 secondes avant le K.O. final

27 secondes où défilent Cassius Clay, Mickey le soigneur, Sonny Liston, madame Pinson, Marcel Cerdan, Freddy le manager, Olga, puis… Olga et encore… Olga.
C'est une histoire de boxeur, mais c'est aussi l'histoire de l'acteur, et celle de l'homme et de la femme parce que c'est avant tout une histoire de vie.
On vit parfois comme on boxe; on s'expose, on se confronte, on prend des coups, on tombe, on se relève encore et encore jusqu'au K.O. final.
Le spectateur ne peut être indemne de ce regard là, il est impliqué, le boxeur cogne pour lui.

L’auteur

Jean-Marie Piemme est né à Jemeppe-sur Meuse en Belgique en 1944
Il est dramaturge et auteur dramatique.
Il avoue devoir beaucoup à Bernard Dort et à Brecht.
Chercheur au FNRS (fondation nationale de la recherche scientifique),dramaturge à l’Ensemble Théâtre Mobile (dont il est un fondateur), il publie dans Théâtre/Public
Professeur de dramaturgie à l’ INSAS ( Institut national des arts du spectacle), puis dramaturge permanent au Théâtre royal de la Monnaie
Sa vie bascule en 1986 avec l’écriture et la création de sa première pièce  Neige en décembre
Depuis il se consacre à l’écriture : Commerce gourmand; Sans Mentir; le badge de Lénine; Scandaleuses; Café des patriotes; Toréadors; Peep Show; Emballez, c’est pesé; Bouchées Doubles etc….

Le jeu

« Jouer Piemme c’est aimer le flot, la vague, la déferlante… c’est une intelligence qui se moque d’elle-même, qui ne se donne jamais en leçon, qui ne se laisse pas enfermer dans une définition et qui n’en est pas moins combative et rebelle.
Parce que les personnages de Piemme ne s’installent pas, ne se lamentent pas et s’ils hurlent, ce n’est pas pour se plaindre, mais parce qu’ils aiment la vie et qu’ils la voudraient plus vivante, plus forte, plus intense. Moins prévisible. Moins confortable.  » Patrick Verschuruen.

Distribution

Avec :

  • Philippe Bernardot
  • Delphine Horviller
  • Philippe Journo

Mise en scène : Elisabeth Barbazin
Assistante à la mise en scène : Cécile Cadoux
Scènographie : Marion Golmard
Lumière : Olivier Chopinet
Environnement sonore : Olivier Kaiser